Profondo Argento. Il cinema e la televisione di Dario ARgento PDF

En profondo Argento. Il cinema e la televisione di Dario ARgento PDF : Quelles sources sont attendues ? Description de l’image Dario Argento at the Brussels International Fantastic Film Festival in 2007. Fils du producteur Salvatore Argento et de la photographe de mode brésilienne Elda Luxardo, Dario Argento baigne dès son plus jeune âge dans l’univers du cinéma ce qui l’aidera beaucoup à ses débuts de réalisateur.


Författare: Luigi Cozzi.

Dario Argento è ormai celebre in tutto il mondo ed è anche l’unico regista italiano che la gente riconosce per la strada. Ed è proprio tutto su Dario Argento quello che racconta qui Luigi Cozzi che da più di quarant’anni gli è accanto come collaboratore e amico. In questo volume troverete quindi tutti i film diretti e prodotti dal Maestro italiano del giallo e della suspense… i suoi lacori per la televisione, compresa la serie di 100 Pallottole D’Argento in onda su Rai Movie e la storia della sua “Piccola Bottega” di Roma che nei sotterranei ospita il famoso “Museo degli Orrori di Dario Argento”. Una full immersion nel mondo di Dario Argento, arricchita da tante notizie inedite e da molte foto rare.

Ses critiques sont en avance sur les évènements qui auront lieu quelques années plus tard, dans les années 1960, en Italie et ailleurs : il y exprime des opinions à contre-courant, dénonçant la censure à plusieurs reprises, piégeant le lecteur plus habitué à des critiques conformistes et consensuelles. C’est durant cette période qu’il prend conscience de son talent d’écriture et décide de devenir scénariste. En 1967, en collaboration avec Sergio Amidei, il écrit son premier scénario pour le film Scusi, lei è favorevole o contrario? Umberto Lenzi et Metti una sera a cena de Giuseppe Patroni Griffi. En 1969, Sergio Leone, désireux de s’entourer de jeunes cinéphiles fait appel à lui et à Bernardo Bertolucci pour écrire le scénario du film Il était une fois dans l’Ouest. Fredric Brown qu’il rêve de pouvoir adapter à l’écran. Au début de sa carrière de réalisateur, il se concentre principalement sur le giallo.

C’est durant cette période que, de sa liaison avec Daria Nicolodi, naît sa fille, Asia Argento. Son film suivant, Suspiria, sorti en 1977, est un thriller surnaturel extrêmement violent et est considéré par beaucoup comme son meilleur film. Libéré des contraintes du format plus conventionnel du giallo, Suspiria est un essai irréel où l’histoire et les personnages ont moins d’importance que le son ou l’image. En 1978 il participe au scénario et à la réalisation de Zombie de George Romero et se charge du montage de la version européenne du film.

Opera sort en 1987 et fut, selon Dario Argento, une  expérience très déplaisante . Dario Argento au festival de Cannes 2012. En dépit de cet échec, d’un essai de production hollywoodienne, Trauma en 1993, et d’une version du Fantôme de l’Opéra en 1998, il continue d’innover. Ses travaux comportent une profusion d’allusions, obscures ou non, à d’autres films, à la littérature, depuis les classiques grecs jusqu’aux romans populaires, à la politique, aux théories sur le cinéma ou sur la littérature, et même à ses propres films.

Bien que les travaux sur lui soient peu nombreux et ne sont très souvent plus édités, il a acquis un réseau de fans en Italie et dans le reste du monde. Il est d’ailleurs peu reconnu aux États-Unis. Bianca Concolino Mancini et Paul Abram. Le cinéaste évoque sa vie privée, sa rencontre avec un fantôme, ses parcours artistiques, ses débuts dans la critique de cinéma. Il évoque ses relations avec Sergio Leone, Bernardo Bertolucci, son goût pour les films de Fritz Lang, Alfred Hitchcock ou la Nouvelle Vague. Il fait également le récit de sa plongée dans le cinéma de genre, notamment le giallo dont il a renouvelé les codes. Julien Astorino, Voyage au cœur des Ténèbres.

Nancy : Wotan Editions, 2014, 192 p. Bernard Joisten, Crime designer : Dario Argento et le cinéma. Thibault Loucheux, Dario Argento : le règne animal. Gérard Noël, Dario Argento : le montreur d’ombres, photographies. Gérard Noël, Dario Argento : acte 2. Antonio Tentori, Dario Argento : sensualità dell’omicidio. Alessandria : Edizioni Falsopiano, 1997, 196 p.